VENDÉE GLOBE : une course mythique qui passionne les élèves

La course du Vendée Globe fait toujours autant rêver, les grands comme les petits. Rencontre avec des élèves d'une classe de CM2 à l'école de Subles.

M. Thomine, professeur d'une classe de CM2 à l'école de Subles, s'est lancé dans l'aventure du Vendée Globe 2020 avec ses élèves le 8 novembre, date du départ de la couse aux Sables d'Olonnes. Chaque élève a donc choisi individuellement un skipper et le suit depuis avec enthousiasme. "Nous travaillons quotidiennement sur ce projet multidisciplinaire, que ce soit en français, maths, géographie, histoire, sciences, arts plastiques..." explique l'enseignant à Arnaud Tanquerel, vice-président de Bayeux Intercom en charge de l'enseignement, venu en visite le matin du 7 janvier.
 

Au rythme de la course
 

Chaque matin, deux élèves sont désignés pour rappeler à la classe le nouveau classement des skippeurs. En cas d'abandon de l'un d'eux, ils peuvent en choisir un nouveau. Au rituel quotidien s'est ajouté un contact régulier avec une école internationale : "Depuis peu, nous sommes en contact avec une autre classe de CM2 qui se trouve....à Rabat au Maroc ! Ils sont élèves à l'école internationale française André Malraux". Une correspondance s'est établie entre les deux classes. Les élèves marocains jouent même aux apprentis journalistes au sein d'une émission de radio hebdomadaire créée spécialement pour l'école, et que bien sûr, les écoliers normands écoutent avec grand intérêt.

Ils aiment le Vendée Globe car...
 

À l'occasion de la visite d'Arnaud Tanquerel dans leur classe, les élèves ont chacun préparé un petit texte expliquant ce que représente le Vendée Globle pour eux, qu'ils ont ensuite lu un à un devant la classe.

Quelques extraits de textes :
 

Lou - "J'aime le Vendée Globe car faire le tour du monde, ça doit être génial. On passe par l'Espagne, l'Inde, l'Afrique, la Chine, l'Australie, le Japon et l'Amérique. C'est très exotique. Les roses rouges de l'Espagne, les masques de l'Afrique, les fruits de l'Inde, les pétards de la Chine, l'Opéra de Sydney, les kimonos et le thé du Japon et les jus de papaye de l'Amérique : ça donne envie de voyager." 
 

Lilian - "J'aime bien le Vendée Globe car ça prend du temps. Il y a aussi énormément d'émotions, qu'elles soient bonnes ou mauvaises, joyeuses ou tristes. C'est ce qui fait là toute la magie de la course."
 

Charlotte - "J'aime le Vendée Globe car ça met en compte la mer et les bateaux. Mais aussi car c'est une course en solitaire sans assistance et sans famille. Ça permet de voir toute sorte d'animaux. C'est enfin une course très difficile pour tous."
 

À l'issue des lectures et pour éveiller encore davantage leur curiosité, Arnaud Tanquerel leur a suggéré d'écouter la chanson Flo de Pierre Bachelet, qu'il avait écrite en 1989 en hommage à la navigatrice Florence Arthaud. Une très belle description selon lui de ce qu'est vivre une course.
 

Des bateaux en matières recyclées
 

En arts plastique, les élèves se sont regroupés en duo pour construire de petits bateaux à l'aide d'objets et matériaux de récupération (bouteilles de shampoing, cagettes, sacs poubelle, baguettes chinoises...). Chacun bien sûr affichant un sponsor sur les voiles. Quelle ne fut pas la surprise de l'élu en voyant l'un d'eux avec pour nom de sponsor, Bayeux Intercom !

 

 

Retour haut de page