Barbeville et son patrimoine

Le château des Monts

Ce château de style classique fut édifié au XIXème siècle. Sa façade septentrionale est particulièrement remarquable. Un avant-corps élégant, souligné par un balcon à la ferronnerie ouvragée, est surmonté d’un fronton triangulaire. Les belles proportions de cet édifice ne sont pas sans rappeler celles de l’Hôtel de Royville à Bayeux.
Parmi les nombreux propriétaires de ce vaste domaine, d’illustres familles ont occupé les lieux dont la famille Pillet-Will, fondatrice notamment de la première Caisse d’Épargne à Paris en 1818, la famille de la Vallée de Pimodan et le comte Fernand Foy, Conseiller Général du Calvados au XIXème siècle.

Télécharger le document pdf (178 Ko)

 

Le château de Barbeville

Probablement situé sur le site d’un ancien château féodal, comme en témoigne la présence de douves, le château de Barbeville fut construit immédiatement après l’acquisition de la seigneurie en 1753 par Jean-Baptiste Marc-Antoine Joseph de Courseulles. Sa façade sud, la plus soignée, se compose d’un corps de logis, central, rectangulaire et flanqué de deux ailes.
Agrémentée de sculptures Louis XV, elle domine un magnifique jardin à la française. Les pelouses et les allées au tracé rectiligne accentuent l’aspect très structuré de cet ensemble architectural et paysager qui a toujours appartenu à la famille de Courseulles.

Télécharger le document pdf (111 Ko)

Le Colimaçon

Le monticule de terre qui se dresse sous ce bois, est le vestige d’un motif de l’Art des Jardins importé d’Angleterre au XVIIIème siècle et aménagé sur le domaine du Château des Monts.
C’est une sorte d’édifice en verdure, un labyrinthe qui s'élève dans un coin du parc. On en voit parfois de tels dans les vieilles estampes.
Plusieurs exemples de labyrinthes du même type sont visibles notamment dans le jardin botanique de Coutances et dans les jardins de l’Abbaye aux Dames à Caen. Constitué d’un tumulus de terre que l’on gravit par un sentier en colimaçon bordé de buis ou de charmilles, ce motif, si il apparaît au XVIIIème siècle comme une fantaisie architecturale dans l’Art des Jardins, constitue aussi un puissant symbole: sa forme circulaire pourrait représenter le cheminement spirituel vers Dieu, inaccessible au commun, habile en détours, trompeur, spécieux, contradictoire et secret.

Télécharger le document pdf

La station de pompage

Construite en 1886, la station de pompage de Barbeville était alors l’unique source d’alimentation en eau potable de la ville de Bayeux.
A cette époque, les bâtiments présentaient une silhouette différente.
En effet, une cheminée de 30 mètres de haut dominait le site et permettait l’évacuation de la fumée produite par les chaudières à vapeur. A l’intérieur, il semblerait que le temps se soit arrêté. On peut encore y observer deux machines à vapeur, à cylindre horizontal et à transmission directe : l’une date de la construction de la station, l’autre animait un jeu de pompes et un alternateur électrique à partir des années 1900. Des travaux de modernisation ont été effectués dans les années 1930, comme en atteste la plaque apposée sur le cylindre de la machine.
Devenues peu performantes, les deux lignes de pompage ont cessé de fonctionner dans les années 1950. Ce site est reconnu pour la qualité des ses eaux.

 

UNE CARRIERE AU SERVICE DE LA STATION

Ces vues prises au tout début du XXème siècle, montrent tout le dispositif en place, comme il l’est encore aujourd’hui, à l’exception de la cheminée. Présent sur ces clichés, Monsieur Louis Bernières fut, dans les années 1925 le gardien-mécanicien de la station mais aussi le maire de la commune de Barbeville.


Télécharger le document pdf (320 Ko)