Monceaux-en Bessin et son patrimoine

La ferme-manoir de Crémel

La construction de la ferme-manoir date de 1642. Elle est attribuée à Jean Le Patou, sieur de la Montagne. Son architecture est tout à fait représentative des fermes-manoirs du Bessin. Tous les bâtiments agricoles et le corps de logis sont regroupés autour d’une vaste cour rectangulaire. Chaque élément a une vocation particulière : l’entrée a un usage défensif, la basse-cour comprenant une grange, des étables, des écuries, une charreterie, un poulailler et un pressoir, une fonction agricole, la boulangerie, une fonction économique et la haute-cour, une fonction résidentielle.

 


L’accès depuis la route de Tilly-sur-Seulles s’effectue par un porche monumental constitué d’une entrée charretière et d’une entrée piétonnière surveillées par deux bretèches pour assurer la défense de la ferme. Sur le corps du logis, une fenêtre est surmontée d’un linteau à bossages, portant couronne et rubans dessinant un coeur sur un fond de sculpture en nid d’abeilles. La toiture est agrémentée de cheminées sur lesquelles on retrouve le décor à frontons triangulaires représentatif de l’architecture du XVIIème siècle dans le Bessin.

Télécharger le document pdf (356 Ko)

Église Saint-Nicolas, XIIIe siècle

Elle constitue avec l’église de Barbeville un exemple caractéristique des églises romanes du Bessin construites aux XIIème et XIIIème siècles. Si elle a été remaniée au XIXème siècle, elle conserve un clocher remarquable, composé d’une tour carrée haute et élancée, surmontée d’un toit en bâtière* très pentu, accolé à la façade méridionale de l’édifice. Sur cette même façade, le choeur de l’église (XIIème siècle) présente les vestiges d’une corniche à arcature ogivale ornée de quelques modillons aplatis. La nef date du XVIème siècle, la chapelle orientée au sud, date quant à elle, du XVIIIème siècle.

 * BÂTIÈRE
toit à deux versants inclinés comme les côtés d’un bât et posé sur deux pignons. Le bât était un harnachement utilisé sur les bêtes de somme pour porter des fardeaux.

Télécharger le document pdf (141 Ko)