Pesticides : traiter mieux et moins lors de l'entretien des espaces publics

Afin de répondre à des objectifs de santé publique et de préservation de la qualité de l’eau et de l’environnement, Bayeux Intercom remet progressivement en question sa façon d’entretenir ses espaces publics (espaces verts, trottoirs, espaces imperméables des zones d’activités, des écoles ...). La Communauté de communes tend vers une gestion dite « différenciée », en diminuant le recours aux pesticides*.

 

*Les pesticides aussi appelés « produits phytosanitaires » regroupent les insecticides, les fongicides, les désherbants…, ces derniers étant les plus utilisés lors de l’entretien des espaces publics.Ils peuvent être dangereux pour l’environnement et les habitants (en particulier les plus vulnérables comme les enfants, les personnes âgées et les personnes en convalescence) s’ils sont mal ou trop utilisés.

La gestion différenciée des espaces publics

La gestion différenciée des espaces publics est plus écologique que la gestion horticole traditionnelle.

 

Pourquoi « différenciée » ? Parce que l’on tient compte des usages de ces espaces dans la fréquence de leur entretien. Ainsi, un terrain de foot ou une pelouse devant un monument prestigieux seront tondus régulièrement. A l’inverse, des milieux restent consacrés au développement de la biodiversité (chemins de randonnée, lieux non fréquentés, bords de route …). Il n’y est fait usage d’aucun produit chimique et des fauches sont pratiquées tardivement, ce qui permet à la faune de se nourrir, de se reproduire ou simplement de s’abriter.
 

Pour l’entretien des zones imperméabilisées, il s’agit de ne plus traiter chimiquement (ex : désherbage thermique, usage de la binette …) sur les lieux fréquentés par des enfants et des personnes vulnérables et sur les zones à proximité d’un point d’eau. En cas de traitement chimique, la protection des agents est de mise, tout comme le stockage des produits, leur dilution, leur rinçage, l’élimination des contenants ou encore la prise en compte des conditions météorologiques.

La maxime de la gestion différenciée : « entretenir autant que nécessaire mais aussi peu que possible ».

Bayeux Intercom, qui travaille avec un prestataire extérieur pour entretenir ses espaces publics, ambitionne de montrer l’exemple comme le font déjà d’autres acteurs publics et privés sur son territoire.

 

L’exercice n’est pas facile car il nécessite à la fois :

 

  • Une remise en question des acquis des agents et une réadaptation (acquisition de nouvelles techniques qui, pour certains, peuvent être vécues comme « un retour en arrière »),

  • Une acceptation par les usagers des « mauvaises » herbes dans l’espace public (se demander si un espace « propre » est un espace sans mauvaises herbes ou sans produits chimiques),

  • Du temps (certaines techniques peuvent demander plus de temps, notamment le désherbage thermique qui nécessite plus de passages),

  • Une maîtrise des coûts alors que les frais d’entretien ne cessent d’augmenter et la règlementation de se durcir.

Icone de téléchargement Jardinier responsable

Retrouvez ici des conseils sur le jardinage au naturel.


Icone de téléchargement Le saviez-vous ?

Une simple pelouse, même artificielle, regorge de vie : sauterelles, papillons, scarabées mais aussi vers de terre qui jouent un rôle quant à la qualité du sol et autres insectes auxiliaires qui régulent les insectes ravageurs.

 

Plus l'herbe sera haute, plus la biodiversité sera grande.


Retour haut de page